Elmgreen & Dragset

[singlepic id=121 w=320 h=240 float=left]

Biographie

Sculptures, installations, performances… Michael Elmgreen et Ingar Dragset ressuscitent esprit critique et humour subversif autour de sujets tels que la politique sociale, le poids institutionnel ou la marche du monde en général. Leur travail prend volontiers place dans l’espace public. Jouant sur le décalage et le déplacement, ils créent des situations signifiantes, installant une boutique Prada en plein désert Texan (2005) ou conduisant un projet collectif pour reconstituer dans le pavillon du Danemark de la 53è Biennale de Venise (2009) la maison d’un collectionneur.
Michael Elmgreen est né en 1961 à Copenhague (Danemark). Ingar Dragset est né en 1968 à Trondheim (Norvège). Ils vivent et travaillent à Berlin (Allemagne).

Interview de Michael Elmgreen et Ingar Dragset

1. Pourquoi réactiver aujourd’hui l’histoire de la sculpture classique ?
En fait, notre sculpture ne sera pas de facture historique, ni ne fera référence à une notion historique ; elle utilisera le langage de la sculpture classique afin de jouer avec.
2. En quoi votre geste renversera-t-il l’académisme de la statuaire pour l’inscrire dans la contemporanéité ?
Beaucoup d’éléments rendront notre sculpture contemporaine : le sujet, l’idée que cette sculpture évoque le fait de prendre soin de soi, de différentes manières. Le matériau utilisé, ainsi que son échelle (elle mesurera environ 270 cm) la rendront également très contemporaine. Le fait que ce ne soit pas une sculpture à l’échelle humaine accentuera sa profondeur.
3. Votre sculpture parlera du « Me and myself ». Y a t-il ici une signification contemporaine, quelque chose auquel on aurait du mal à faire face ?
Oui, je pense que ce sera très représentatif de notre culture contemporaine. L’œuvre ne célèbrera pas un héros, ni quelqu’un qui poursuivrait un but, tenterait d’accomplir quelque chose. Ce sera l’histoire de quelqu’un qui essaie de se sauver lui-même.

 

Les oeuvres

The Weight of Oneself, Michael Elmgreen & Ingar Dragset

Une expérience visuelle et philosophique, l’idée d’un ordre bousculé par un geste subtil, respectant la nature patrimoniale et urbaine du site Un homme debout en porte un autre, inanimé, dans ses bras. Vient-il de le tirer des flots le sauvant de la noyade ? Troublant détail, les visages des deux protagonistes s’avèrent identiques. L’homme porte son double, devenant ainsi son propre sauveur mais aussi son propre fardeau. Ces préoccupations philosophiques font écho aux questions de responsabilités civiques et individuelles débattues quotidiennement au Palais au Justice. Conçue par les artistes Elmgreen&Dragset, l’œuvre reprend la longue tradition de la sculpture : le nu héroïque et le marbre même si il s’agit ici d’une technique nouvelle (la poudre de marbre solidifiée). Une recherche formelle en clin d’œil à l’architecture des lieux. Par son échelle, supérieure à l’échelle humaine, cette sculpture de 2,7m de haut fait également fonction de repère dans le paysage. « L’œuvre sera très représentative de notre culture contemporaine. Elle ne célèbrera pas un héros, ni quelqu’un qui poursuivrait un but, tenterait d’accomplir quelque chose. Ce sera l’histoire de quelqu’un qui essaie de se sauver lui-même. »

 

Quelques oeuvres des artistes

[imagebrowser id=10]


CONCEPTEURS

Voir tous les concepteurs