Pascale Marthine Tayou

ngg_shortcode_0_placeholder
 

Biographie

L’artiste conjugue avec humour et poésie symboles africains et européens pour redéfinir l’héritage postcolonial et les problématiques liées à la mondialisation. Installations, collages, photos, sculptures, vidéos, objets détournés… Son œuvre ne connaît pas de frontière et procède souvent du recyclage, l’objet quotidien devenant le vecteur d’une histoire, d’une culture, d’une identité. Largement reconnu, Pascale Marthine Tayou participe aux biennales de Lyon en 2005 et 2010 et à la biennale de Venise en 2009. Pascale Marthine Tayou est né en 1967 à Yaoundé (Cameroun). Il vit et travaille à Gand (Belgique).
www.pascalemarthinetayou.com

 

Interview de Pascale Marthine Tayou

1- Vous avez plutôt l’habitude d’investir de grands espaces sur un mode sculptural. Ici, la nature du site impose d’intervenir sur le long mur du quai. Cela représente-t-il un challenge pour vous, de passer de la troisième à la seconde dimension ?
Le travail ici est plutôt multidimensionnel, car on intervient sur le parcours, lequel est parsemé d’éléments divers qui se raccordent, exactement comme dans une partition musicale. Même dans les musées, d’une salle à une autre, on raconte des histoires.
2. Qu’est-ce que la tradition africaine des masques-passeports, que vous désirez réinterpréter ?
Puisqu’il s’agit d’un parcours, j’ai pensé qu’on pourrait simuler un déplacement dans un cadre plus vaste. Quand on passe d’un point à un autre, on a besoin d’une autorisation. J’ai remarqué cela en me promenant sur mon continent, particulièrement au Cameroun, chez moi. On retrouve cette image, qui est un élément probant de l’appartenance à une tribu : en passant d’un village à un autre, on devait prouver qu’on venait de l’autre village, et par ce biais du masque-passeport, on parvenait à circuler.
Le parcours du Chemin nature traverse plusieurs cités, plusieurs frontières ; on va vers d’autres ailleurs, en rapportant avec soi ce qu’on a pris ici. Alors je souhaite retraduire ces passeports et les placer dans le mur, comme une espèce de trésor. Même si nous sommes sur le continent européen, en l’occurrence à Lyon, c’est aussi dire : « Nous ne sommes pas très loin du Cameroun. » La vie ce n’est que ça, des rencontres, des identités, des rencontres d’émotions et de sentiments…

 

Les oeuvres

Au fil de l'eau, Pascale Marthine-Tayou

Une invitation au voyage et au dépaysement, empreinte d’une connotation magique, dans environnement naturel préservé et sublimé.  L’artiste camerounais Pascale Marthine-Tayou investit la surface du mur qui, côté quai, court le long du Chemin Nature telle une barrière infranchissable. En y greffant différentes matières et couleurs, il transforme cette surface neutre, uniforme en un espace de narration que les différents usagers (promeneurs, joggeurs, flâneurs ou navigateurs) pourront s’approprier à leur guise. Sur ce mur imposant, une série de masques africains incrustés dans la paroi, faisant parfois office de gargouilles. L’œuvre Au fil de l’eau évoque une tradition inspirée d’Afrique centrale : des masques-passeports, chatoyants visages stylisés en céramique qui, avant l’arrivée des Européens, jouaient le rôle de papiers d’identité. Le plus grand d’environ deux mètres de haut est visible depuis le quai de l’Industrie, en face. Intimiste, discrète, l’intervention se fait plus majestueuse et monumentale là où le site, souvent étroit, s’élargit et le permet. L’œuvre est également visible depuis l’autre rive, donnant l’impression d’un rideau de matière habillant le mur de quai. « Le parcours du Chemin nature traverse plusieurs cités, plusieurs frontières ; on va vers d’autres ailleurs, en rapportant avec soi ce qu’on a pris ici. Alors je souhaite retraduire ces passeports et les placer dans le mur, comme une espèce de trésor. Même si nous sommes sur le continent européen, en l’occurrence à Lyon, c’est aussi dire : « Nous ne sommes pas très loin du Cameroun.» La vie ce n’est que ça, des rencontres, des identités, des rencontres d’émotions et de sentiments… »

 

Quelques oeuvres de l’artiste

ngg_shortcode_1_placeholder

CONCEPTEURS

Voir tous les concepteurs