Trompe le monde, Didier Fiuza Faustino

Une expérience perceptive et immersive, individuelle et collective, un événement dans le site, une invitation à prendre corps/entrer dans paysage.

L’eau est aussi un miroir. C’est là-dessus que joue Didier Fiuza Faustino, qui invite à s’élever, à prendre de la hauteur au-dessus de la rivière. Ses Trompe le Monde, postes d’observation  en inox poli miroir reflète le paysage, diluant alors le corps dans son environnement tout en créant une distorsion optique à l’horizon des promeneurs du site de Rochetaillée-sur-Saône. L’œuvre propose ainsi une double expérience de l’ordre de l’intime et du collectif, s’inscrivant dans une problématique au cœur du travail de Didier Faustino.

« Tromper le monde, c’est à la fois tromper la société en disparaissant, en se rapprochant de ce qu’on est vraiment lorsqu’on est seul ; et, à un moment donné, fixer sa propre trajectoire pour intégrer et occuper le monde. Et puis, le titre constitue aussi un hommage à la chanson Trompe le monde des Pixies. C’est un superbe titre. »